Lionnel Luca, ce député qui n’aimait pas la France

Comme nombre d’entre vous – si j’en crois les taux d’audience réalisé par TF1 – j’ai vu le match France – Ukraine qualificatif pour la Coupe du monde 2014. Comme bon nombre d’entre vous, j’étais rivé sur l’écran de mon Mac (puis de ma télé) pour assister à la renaissance de notre belle équipe de France qui s’est brillamment qualifiée pour le Mondial brésilien. Au coup de sifflet final, tout le monde était à la fête dans les rues de Paris.

Tout le monde sauf quelques-uns qui, visiblement, n’ont pas apprécié la performance des Bleus et qui l’ont vertement fait savoir sur les réseaux sociaux. Ainsi, Lionnel Luca par exemple, député UMP des Alpes-Maritimes qui, quelques minutes après la fin du match a diffusé un message pour le moins lapidaire sur Twitter.

Untitled

En s’exprimant de la sorte, le parlementaire remet en cause l’honnêteté du match et surtout la probité des joueurs de l’équipe de France, et de la Fédération française de football qui, si on suit sa logique, n’aurait pas hésité à truquer le match en raison d’intérêts financiers et politiques. Personne ne le niera, participer à la Coupe du monde au Brésil n’avait pas qu’un attrait sportif, les enjeux économiques ne sont pas  à négliger et une non-qualification de la France aurait été préjudiciable pour notre économie.

Malgré tout, les propos de Lionnel Luca sont purement et simplement indignes de la part d’un membre de la représentation nationale qui au bout du compte, affiche sans ambiguïté le fond de sa pensée : celle de voir une France anxiogène et des Français qui trouveraient une raison supplémentaire de s’en prendre aux Bleus et à ses joueurs mal élevés, ces « noirs et arabes » qui refusent de mouiller le maillot et surtout la Marseillaise !

Et pourtant, ce n’était pas une mais trois Marseillaise qui ont été chantés avec envie et fierté mardi soir notamment la dernière par l’équipe de France et ses joueurs visiblement en paix et ravis de retrouver le soutien du public. A ce moment-là, les Français étaient joyeux et avaient de partager ce moment de communion avec son équipe, peu importe qu’il y ait des « noirs et des arabes » en son sein, ces « noirs et arabes » (en l’occurrence Mamadou Sakho et Karim Benzéma) qui se sont défoncés comme jamais, ayant pris conscience du désarroi des supporters et des Français lambda au lendemain de la défaite face à l’Ukraine à l’aller.

Mamadou Sakho et Karim Benzéma, les deux buteurs du match France-Ukraine, le 19 novembre dernier

Mamadou Sakho et Karim Benzéma, les deux buteurs du match France-Ukraine, le 19 novembre dernier

Dès lors, les propos de Lionnel Luca cachent au mieux une mauvaise foi, au pire un racisme certain mal assumé, agrémenté d’un cynisme et d’un calcul politiques. Elu dans un département historiquement et socialement de droite, Lionnel Luca veut incarner cette droite dure, radicale et qui se considère plus ou moins comme « lepeno-compatible » afin de mieux apparaitre comme un Français à part entière, un véritable patriote. Une (nouvelle) défaite des Bleus mardi, lui aurait assurément donné une bonne occasion de remettre en cause ces « noirs et arabes » qui crachent sur la République et qui osent jouer pour la France, à l’instar de Marine Le Pen.

Au bout du compte, Lionnel Luca est un homme qui n’aime pas la France, cette France qui ne place pas les individus en fonction de leur statut social ou de leurs origines mais qui les rassemble autour d’une passion commun ou d’un moment de communion et dans laquelle des gens se subliment contre toute attente. Finalement, les vrais patriotes ne sont le député des Alpes-Maritimes ou bien encore la présidente du Front national qui semblent mal supporter qu’un « noir ou un arabe » jouant dans l’équipe de France de football peut finalement mouiller le maillot et rendre heureux, ne serait-ce que pour un temps, des milliers voire des millions de Français et qui même aurait été réconforté si finalement les Bleus avaient raté leur pari dans la mesure où ils n’auraient pas démérités. En diffusant un tel tweet, Lionnel Luca dissimule mal une certaine haine et j’en vais à en avoir presque de la peine pour les gens qui l’ont élu et qui sont représentés par lui au Palais Bourbon.

Peut-être qu’il devrait écouter Diam’s et sa chanson emblématique, « Ma France à moi » à l’avenir !