Nouvelle donne (?)

Pierre Larrouturou a annoncé, ce jeudi 28 novembre, la création d’un nouveau parti politique dénommé « Nouvelle Donne ». Une formation qui cherche à proposer une nouvelle offre politique à gauche face à l’inertie du Parti socialiste mais également à l’attitude pour le moins inquiétante de la gauche radicale.

Pierre Larrouturou, lors du lancement de son parti, "Nouvelle Donne", le 28 novembre dernier à Paris

Pierre Larrouturou, lors du lancement de son parti, « Nouvelle Donne », le 28 novembre dernier à Paris

A l’annonce de la création de ce mouvement, l’économiste et désormais ex-membre du bureau national du Parti socialiste a annoncé que son mouvement allait s’engager dans la bataille des Européennes en constituant plusieurs listes dans lesquelles devraient figurer l’ancien auteur emblématique des Guignols de L’Info, Bruno Gacchio, des militants socialistes mais également d’Europe Ecologie Les Verts, du Mouvement démocrate ou bien encore du Front de gauche, le tout avec le soutien de personnalités tels que Christiane Hessel-Chabry, la veuve de Stéphane Hessel, l’urgentiste Patrice Pelloux ou bien encore le syndicaliste lorrain Edouard Martin.

Pierre Larrouturou est une personnalité politique à part. Membre du Parti socialiste en 2002, il quitte ce dernier pour rejoindre Europe Ecologie Les Verts, alors en poupe, en 2010. Déçu par la stratégie menée par les écologistes, il revient au Parti socialiste en 2012 et cosigne avec Stéphane Hessel une motion d’orientation qui totalise près de 12% au Congrès de Toulouse, à la surprise générale, lui permettant d’intégrer le bureau national. Parallèlement, il anime le collectif Roosevelt qui, comme le laisse sous-entendre, propose une nouvelle alternative, un New Deal, à gauche rompant ainsi avec les croyances et autres credo libéraux et/ou sociaux-démocrates, notamment celles relatives à la croissance comme vecteur d’emplois.

Pierre Larrouturou en compagnie de Stéphane Hessel au siège du Parti socialiste lors de la présentation de leur motion d'orientation

Pierre Larrouturou en compagnie de Stéphane Hessel au siège du Parti socialiste lors de la présentation de leur motion d’orientation en octobre 2012

Je dois dire que l’initiative de Pierre Larrouturou me laisse quelque peu perplexe dans la mesure où l’initiative de l’économiste n’est pas dénuée d’opportunisme (dans le double-sens du terme). En effet, Larrouturou et son courant ont échoué à obtenir des places éligibles sur les listes socialistes aux Européennes de mai prochain et la formation de Nouvelle Donne est en réaction de l’attitude du Parti socialiste dans cette affaire. Toutefois, Nouvelle Donne semble la suite logique d’une réflexion politique et idéologique menée par certaines personnes à gauche depuis quelques temps via ce fameux collectif Roosevelt et qui cherchent tout bonnement à secouer la gauche française en lui faisant adopter de nouveaux paradigmes et face à l’autisme de Solferino, Larrouturou a voulu saisir sa chance en espérant peser dans le débat à gauche et – pourquoi pas ! – ringardiser le Parti socialiste.

Il est trop tôt pour connaître les conséquences de l’émergence de « Nouvelle Donne » dans la classe politique française et tout particulièrement à gauche, d’autant plus que ce mouvement n’a pas de ténor capable de créer une dynamique en s’appuyant sur sa notoriété et son statut d’homme public à l’instar de François Bayrou, de Jean-Louis Borloo ou bien encore de Daniel Cohn-Bendit lorsque que ces derniers ont cherché à relancer leurs mouvements respectifs. Pour autant, la création de ce nouveau parti peut être considéré comme une sorte de signal à l’encontre du Parti socialiste et de ses cadres qui peinent à incarner une force politique capable de soutenir le gouvernement (c’est ce qu’il fait envers et contre tout) tout en proposant de nouvelles idées, d’être une source d’inspiration sondant et anticipant les enjeux de la société française, en clair d’alimenter le débat. Le constat est d’autant plus évident que le PS semble plutôt réagir à l’actualité en proposant des rassemblements contre le racisme et pour la République, ce qui n’est pas inutile en soi, bien au contraire, mais qui ne suffira pas pour renouveler et approfondir la réflexion à gauche, comme le rappelle indirectement Juan (de Sarkofrance) sur son blog.

Aussi, si la création de Nouvelle Donne n’est pas sans arrières pensées électoralistes, on aurait pour autant bien tort de dénigrer ce nouveau parti. Sans doute l’occasion pour le Parti socialiste, mon parti, de démontrer son utilité et rappeler qu’il n’est pas uniquement une machine à remporter les élections.

4 thoughts on “Nouvelle donne (?)

  1. pascal
    29 novembre 2013 at 1:32

    Bonjour,
    En quoi le fait de ne pas avoir de ténor est un défaut?
    Si on prend Borloo,ce ténor,il traine un certain nombre de casseroles:n’a-t-il pas signé les demandes d’exploration des gazs de schistes?
    Si la Nouvelle Donne n’est qu’un repaire de socialistes professionels de la politique en mal de poste,elle n’a aucune chance.
    74 % des Français comptent montrer leur opposition à l’europe technocratique au moment des européennes.
    la seule façon de le faire est pour l’instant de voter aux extrêmes.
    le PS a choisi son camp en se mettant au service de l’oligarchie
    Nouvelle Donne propose un nouveau choix.
    à ce parti de montrer qu’il ne va pas tomber dans les mêmes travers que ceux qui gouvernent depuis 1983.

    1. gilles
      29 novembre 2013 at 3:38

      Avoir un ténor n’est pas un défaut en soi mais cela peut toujours être utile en politique.

      Qui plus est, il faut des troupes. Or, Nouvelle Donne n’a ni l’un ni l’autre !

      Effectivement nombre d’erreurs et pas des moindres ont été commises par le PS. Toutefois, je reste encore convaincu que voter pour les extrêmes aux Européennes c’est un vote en trompe œil même si je suis convaincu qu’il faut une autre Europe. Et pour moi, elle ne peut être que fédérale !

  2. 30 novembre 2013 at 5:21

    je partage tes doutes, mais Larrouturou défend de belles idées. Il n’a peut-être pas trouvé la bonne formule politique. Mais il y a un espace béant.

    1. gilles
      30 novembre 2013 at 5:30

      Reste à savoir pour quelle utilité. L’initiative de Larrouturou ne sera utile que si elle est productive pour la gauche ce que j’en doute pour le moment !