La dernière de Dany le vert

Daniel Cohn-Bendit lors de sa dernière intervention au Parlement européen, le 16 avril dernier

Daniel Cohn-Bendit lors de sa dernière intervention au Parlement européen, le 16 avril dernier

Cette semaine s’est tenue la dernière session plénière du Parlement européen à Strasbourg avant les élections de mai prochain.

Une session qui aura été marquée par les adieux de Daniel Cohn-Bendit, mais également de Joseph Daul et d’Hannes Swodoba, trois grands figures de l’hémicycle et respectivement président du groupe écologiste, PPE et socialiste.

Je ne pouvais pas terminer la semaine sans évoquer Daniel Cohn-Bendit, alias Dany le rouge, devenu Dany le vert et surtout le défenseur infatigable et acharné de la construction européenne. A ce propos, il a fait, mercredi dernier, un vibrant plaidoyer pour les Etats-Unis d’Europe, le fédéralisme devant être la nouvelle frontière à atteindre pour les Européens que nous sommes.

Icône de mai 1968, Daniel Cohn-Bendit est également devenue au fil du temps, une icône du Parlement européen. Député depuis 1994, l’homme est connu pour ses coups de gueule mais également ses discours et déclarations chocs, ce qui fait de lui un homme, certes excessif, mais surtout passionné.

Un homme qui manquera à Bruxelles et à Strasbourg mais qui aura permis de mettre davantage de lumière sur une institution qui mérite d’être considérée tant elle joue un rôle de plus en plus majeur.

Alors, tout simplement merci, Dany !