Neuf mois ferme

Anne Sophie Leclère, ex-tête de liste FN à Rethel lors des municipales de mars 2014

Anne Sophie Leclère, ex-tête de liste FN à Rethel lors des municipales de mars 2014

L’actualité au moment est semblable au temps. Lourd, très lourd. Entre la situation à Gaza et le crash du vol MH17 en Ukraine, il faut bien avoir du courage pour bloguer. D’ailleurs, je rédige moins d’articles actuellement, il faut dire que je suis assez crevé et que j’ai d’autres projets à mener.

Mais je reste attentif à ce qui se passe et je voulais en profiter pour revenir sur la récente condamnation d’Anne-Sophie Leclère, ex tête de liste aux municipales à Rethel, à neuf mois de prison ferme et à 50 000 euros d’amende pour avoir comparé Christiane Taubira à un singe sur son compte Facebook. La militante frontiste a d’ores et déjà annoncé qu’elle fera appel du jugement, ainsi que le Front national, lui aussi condamné.

Cette décision de justice n’a pas manqué d’être commentée aussi bien à droite qu’à gauche. Si certains se sont félicités du verdict, d’autres s’interrogent sur les conséquences politiques d’un tel acte, considérant même que la justice a été partiale et fait que la militante frontiste, la martyre idéale.

Je dois bien vous avouer que j’ai été très surpris par une telle réaction émanant de mon camp politique qui plus est. En effet, Christiane Taubira s’est, d’une certaine manière, faite justice elle-même – via son parti politique guyanais à l’origine de la plainte – et que cette condamnation est tout sauf dissuasive pour combattre le Front national.

Or, c’est oublier que la justice n’a fait qu’appliquer les dispositions qui sont prévues par la loi et que c’est à elle seule d’apprécier ou non l’attitude de la personne incriminée. Anne-Sophie Leclère, en plus de ses propos très tendancieux, n’a pas vraiment cherché à faire amende honorable en ne se présentant tout simplement pas aux convocations de justice afin de s’expliquer, une attitude qui n’a sans doute pas arrangé son cas et qui a poussé le juge à la condamner lourdement.

Une condamnation qui reste, malgré son apparente sévérité, bien clémente comparé à ce que prévoyait le code pénal, à savoir jusqu’à cinq ans de prison ferme. La militante frontiste n’a, semble-t-il, exprimé aucun regret, ni même formulé des excuses face au tollé qu’elle a elle-même suscité en comparant la Garde des Sceaux à un singe. Dès lors, il était tout à fait logique que la peine soit exemplaire et surtout symbolique afin de rappeler certains principes chers à notre République.

Affiche réalisée par le Mouvement des Jeunes Socialistes de la Vienne en janvier 2011

Affiche réalisée par le Mouvement des Jeunes Socialistes de la Vienne en janvier 2011

Car c’est bien de cela qu’il s’agit, le respect de nos institutions et de ceux qui les représentent en second lieu. A ce propos, des militants de droite de mon entourage m’ont interpellé sur le fait que je n’avais pas eu la même indignation lorsque la fédération de la Vienne du Mouvement des Jeunes Socialistes avait réalisé, en 2011, une affiche de Nicolas Sarkozy apparaissant malgré lui dans une posture hitlérienne. En plus du fait que j’avais trouvé cette affiche ridicule, summum du point Goldwin politique, il convient de rappeler que le MJS local ne fut même pas inquiété dans la mesure où personne n’avait jugé utile de porter plainte et que de toute façon, il n’y avait pas d’injures proférées, à la différence d’Anne-Sophie Leclère qui a copieusement insultée Christiane Taubira mais qui en plus, assumait sans vergogne ses propos.

Toujours est-il que la condamnation de l’ancienne tête de liste à Rethel et du Front national est très importante notamment dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme dans la mesure où il existe une banalisation des propos insupportable dans le contexte politique que l’on connaît. Non, on ne peut pas dire sur les réseaux sociaux qu’une ministre est semblable à un singe et trouver cela normal, au nom de la liberté d’expression, pour ensuite mieux le réaffirmer à la télévision ! Dès lors, il fallait un exemple, c’est que la justice a fait sans aucun état d’âme.