2014, une année à oublier ?

CARTE DE VOEUX 2014 - Blowing

Je n’ai pas été très actif sur mon blog ces dernières semaines et mois. J’avais besoin de recul pour penser à autre chose, penser la politique différemment car, pour être honnête, celle-ci me fatigue de plus en plus.

2014 n’a pas été une année simple et agréable. En France, François Hollande n’arrive toujours pas à convaincre de l’importance pour notre pays de mener et mettre en œuvre les réformes nécessaires pour maintenir notre attractivité et notre compétitivité en raison de la mondialisation. Malgré son volontarisme et son engagement, les Français semblent réticents à accepter et consentir à d’importants sacrifices. Qui plus est, le Trierweilergate a terni l’image et la réputation de Hollande tandis que certaines affaires ont éclaboussé la classe politique française et favorisé les extrêmes.

Dans le monde, certains cas n’en finissent pas de désespérer les plus optimistes d’entre nous. En effet, les tensions au Moyen Orient, la montée de l’Etat islamique, les rêves de domination de Poutine et l’incapacité pour l’UE de dessiner une stratégie claire en Ukraine – et par extension sur la scène internationale – est un signe supplémentaire d’un certain désenchantement.

Mais 2014 pourrait être vu comme un nouveau départ. En France, les mesures mises en place par François Hollande commencent à porter leurs fruits et ce dernier reste déterminé à obtenir des résultats et réussir sa stratégie. En ce qui me concerne, j’ai toujours la conviction que François Hollande est la personne dont la France à besoin pour mener les réformes et restructurer en profondeur notre pays. Le président de la République est clairement conscient que la France est un pays difficile à réformer mais il reste déterminé à réussir son pari.

En Europe, une nouvelle Commission a succédé à Barroso, l’été dernier. Bien que je n’ai pas fait campagne pour Jean-Claude Juncker, j’ai été agréablement surpris par sa nouvelle stratégie et son nouveau plan de relance de l’économie européenne. Il est encore trop tôt pour savoir si le plan Juncker sera efficace mais nous avons besoin d’une nouvelle direction et surtout d’une nouvelle ambition pour l’Europe. L’ancien premier ministre luxembourgeois est un véritable fédéraliste et sait qu’il sera attendu par nombre d’Européens.

Ainsi va 2014. Pas une année étincelante mais pas une année pourrie non plus. En attendant 2015, je vous souhaite le meilleur pour l’année à venir avec une pensée spéciale pour celles et ceux qui sont seuls et/ou connaissent une période difficile. En ce qui me concerne, ce fut une année mitigée (personnellement et professionnellement) et j’espère que 2015 se passera (un peu) mieux !

A l’année prochaine !

Gilles

2 thoughts on “2014, une année à oublier ?

  1. 31 décembre 2014 at 8:12

    Bonne année 2015, elle sera passionnante…

    1. gilles
      1 janvier 2015 at 4:44

      Ca dépend pour qui !