Au revoir Claude et merci pour tout !

Claude Dilain (1948 - 2015)

Claude Dilain (1948 – 2015)

Il y a des nouvelles auxquelles on a vraiment du mal à croire, tant elles vous paraissent impossibles et surtout inattendues.

Et pourtant, j’ai appris ce matin la mort de Claude Dilain, maire de Clichy sous Bois de 1995 à 2011 et sénateur de Seine Saint Denis depuis lors.

Claude était un homme que j’appréciais énormément et qui était très respecté par les militants socialistes que nous sommes mais également les citoyens que nous sommes. Il était facilement accessible et les rares fois où j’ai eu l’occasion de discuter lors de diverses manifestations socialistes ou non, il était toujours agréable de s’entretenir avec un homme de valeur et de convictions qui prenait le temps de vous écouter et de vous encourager, bien loin de certaines personnes qui ont tout simplement oublié le mot proximité et écoute, même au sein du Parti socialiste.

Car Claude n’a jamais oublié d’où il venait. Né à Saint Denis, il est le symbole parfait de cette méritocratie républicaine. Pédiatre de formation, il a toujours exercé son métier en parallèle de ses mandats politiques, chose rare pour être soulignée. Une manière sans doute de se rappeler que la politique ce n’est pas un métier mais bel et bien, un outil, une variable d’ajustement (au sens positif du terme) au service de la société.

Claude me manque déjà, et va manquer à beaucoup de monde. Il me manque parce qu’il avait toujours su porter la voix des habitants de Clichy sous Bois, sa ville qu’il aimait tant, et par delà, ceux de Seine Saint Denis. Il avait sans relâche alerté les pouvoirs publics sur la situation des banlieues notamment depuis les révoltes urbaines d’octobre 2005, afin que notre République ouvre enfin les yeux sur une réalité difficile mais également sur un territoire au potentiel extraordinaire !

C’est un homme d’une valeur inestimable qui est parti d’une manière injuste. On avait beaucoup de choses à apprendre de lui et le Parti socialiste avait beaucoup à apprendre de lui, surtout la Fédération de Seine Saint Denis. Claude était un homme de convictions qui tout en affichant une loyauté sans faille à son parti et à sa fédé, n’hésitait pas non plus à dire ce qui n’allait pas, là où certains préféraient faire l’autruche.

Alors, Claude, merci ! Merci pour ton authenticité, ta simplicité, ta disponibilité. Un élu de terrain aussi dévoué et proche de nos préoccupations, cela va manquer pour notre département. Ta mort, c’est aussi et malheureusement une certaine façon de faire de la politique qui s’en va, bien différente avec la façon dont on fait de la politique au niveau local, avec autant de cynisme.

Au revoir Claude ! Et merci ! Merci pour tout !