Le FN, un parti résolument pro !

7774587820_meeting-du-front-national-a-marseille-le-15-septembre-2013-illustrationTout semble aller pour le mieux au Front national et Marine Le Pen peut même avoir le sourire ! A trois semaines des départementales, son parti est en tête des intentions de vote – signe qu’il s’implante de plus en plus localement – et il espère même remporter un ou deux départements, là où la droite s’attend à une victoire par défaut et la gauche (PS en tête) à une bérézina, notamment en Ile de France. Le Front national investit des candidat un peu partout et espère élire un nombre conséquent d’élus locaux.

Or, il semblerait qu’il y ait quelques hics dans la sélection et le choix des candidats frontistes où certains se distinguent pour leurs propos plus ou moins tendancieux, tandis que d’autres n’hésitent pas à faire part de leur incompétence ! Une candidate indique même à Europe 1 qu’elle se présente… à l’insu de son plein gré (comme dirait l’autre) ! Ainsi dans le Puy de Dôme, on apprend que Micheline Beysserias, 92 ans, est candidate aux départementales bien qu’elle n’ait jamais émis le souhait de l’être ! Une histoire assez louche parmi tant d’autres qui démontre bien le manque de rigueur et de professionnalisme qui prévaut au Front national mais également toute la difficulté pour ce part de trouver des candidats potables et solides.

Car si derrière la bonne santé politique que connaît le FN, se cache encore une difficulté majeure : celui d’apparaître comme un mouvement capable de diriger une collectivité et donc de trouver des femmes et hommes suffisamment utiles et solides pour défendre une éventuelle politique du Front national mais également défendre celle-ci auprès des administrés, tout en gommant au passage l’image de diabolisation dont souffre encore ce mouvement.

Or, en misant sur l’image et les talents oratoires de Marine Le Pen, le Front national semble pêche par orgueil en se montrant très léger sur le choix de ses candidats. Si pour nombre d’entre eux, ce ne sont pas des « professionnels de la politique » et qu’un tel profil est volontairement mis en avant le FN pour mieux dénoncer le soi-disant système « UMPS », il n’en demeure pas moins que la franchise de certains pourrait avoir un effet plus ou moins désastreux à terme.

PicMonkey-Collage2

C’est en réalité le cas dans certaines villes notamment à Hayange où la gestion du maire FN de la ville, l’ancien syndicaliste CGT Fabien Engelmann, laisse un peu à désirer tout comme sa communication d’ailleurs ! Et dans le cadre des départementales, on ne compte plus les propos plus ou moins orduriers et provocateurs de certains candidats frontistes, pensant que personne ne liraient (et surtout relayaient) le fond de leur pensée sur Facebook ou Twitter. Ce qui ne les empêchera pas pour certains d’être élus malgré tout, nombre de nos concitoyens étant résolus à exprimer leur colère !

De fait, c’est un nouveau problème qui se pose pour le Front national qui, s’il veut paraître crédible à tout point de vue, devra sans doute se montrer bien plus rigoureux dans le choix de ses candidats et surtout avec ces derniers. En clair, les faire paraître plus professionnel, un comble pour un mouvement qui se veut antisystème et différent des partis traditionnels. En clair, la banalisation du FN a un prix, celui de rentrer dans le moule pour espérer remporter des victoires conséquentes et conquérir le pouvoir, ce qui risque bien de poser des soucis pour Marine Le Pen et bien plus qu’il n’y paraît !