Finalement Bartolone met tout le monde d’accord !

Claude-Bartolone-soutient-Marie-Pierre-de-La-Gontrie-contre-Jean-Paul-Huchon-pour-les-regionales-en-Ile-de-France

Marie-Pierre de la Gontrie, première vice-présidente PS de la région Ile de France, Jean-Paul Huchon, président sortant de la région et Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale

Claude Bartolone s’est donc déclaré : il sera finalement candidat à l’investiture socialiste pour les élections régionales de décembre prochain en Ile de France.

Cette décision devrait mettre un terme à la querelle entre Jean-Paul Huchon et Marie-Pierre de la Gontrie et cela ne s’est pas fait attendre : la première vice-présidente de la région a immédiatement annoncé son ralliement au député de Seine-Saint-Denis et si l’actuel président de la région Ile de France ne s’est pas encore exprimé, il ne peut ignorer cette annonce qui change fortement la donne.

Car l’actuel président de l’Assemblée nationale devrait, en toute logique et selon toute vraisemblance, obtenir l’investiture des socialistes franciliens. En effet, Claude Bartolone est légitime, connaît très bien la région et a une expérience d’élu local notamment au sein du Conseil général de Seine-Saint-Denis, sans compter que sa position de quatrième personnage de l’Etat pèse sur la balance. Qui plus est, plus que le soutien de l’Elysée, il est carrément missionné par le président de la République pour éviter que la région-capitale bascule à droite.

Ile-de-France-la-rivale-de-Huchon-se-rallie-a-BartoloneEt c’est le cœur du problème car si la candidature de Bartolone devrait mettre tout le monde d’accord au Parti socialiste, ce dernier doit encore réussir à créer l’unité au sein de la gauche, ce qui est loin d’être acquis quand on sait déjà qu’Europe Ecologie Les Verts envisagent de partir seul. Qui plus est, il ne suffit pas de mettre l’actuel locataire de l’Hôtel de Lassay comme tête de liste et en guise de programme, ce dernier doit pouvoir incarner un projet, porter une nouvelle ambition pour la région et pour les Franciliens. Face à lui, Valérie Pécresse pourra toujours jouer la carte du renouvellement bien qu’elle se soit déjà portée candidate en 2010 et insister sur une certaine usure du pouvoir.

Dès lors, Claude Bartolone et son entourage auraient tort de penser qu’une fois candidat, la partie sera rééquilibrée entre la majorité et l’opposition sortantes, bien au contraire surtout si on réfère aux précédents scrutins locaux qui indiquent clairement une progression de la droite et du centre, progression confirmée lors des dernières départementales. Ne pas prendre cet élément en compte, c’est manquer à mon sens de clairvoyance politique. Il est désormais évident que l’UMP et l’UDI ont une carte à jouer qu’elles ne manqueront pas de l’utiliser jusqu’au bout.

Aussi Bartolone devra convaincre et surtout batailler ferme sans commettre l’erreur de sous-estimer Valérie Pécresse qui paraît plus modérée et qui pourrait attirer une frange de l’électorat plus sensible à l’idée de changement et de renouvellement des têtes. Bartolone devra également mouiller sa chemise et mobiliser aussi bien en Seine-Saint-Denis (ça c’est pas trop un souci !) que dans la Grande couronne, là où se jouera à mon sens l’élection et où la droite réalise un parfait retour gagnant !

claude-bartolone-alors-president-du-conseil-general-de-seine-saint-denis-aux-cotes-de-jean-paul-huchon-le-13-juillet-2012-a-paris_5322303Claude Bartolone joue donc à quitte ou double lui qui n’a jamais perdu – à ma connaissance – un scrutin tous niveaux confondus. Une victoire pourrait permettre à la majorité et au président de la République de sauver les meubles dans l’éventualité d’une large défaite de la gauche en décembre prochain. Une défaite serait vue comme un désaveu à la fois pour le président de l’Assemblée nationale et pour le chef de l’Etat qui a expressément demandé au premier d’entrer dans l’arène et donc de relever un défi, au point de se demander si la demande formulée par François Hollande n’est pas au bout du compte un cadeau empoisonné. Toujours est-il que s’il n’est pas certain que Claude Bartolone sorte vainqueur, il y a d’ores et déjà un grand perdant : Jean-Paul Huchon qui a complètement raté sa sortie et qui n’a pas été en mesure d’organiser proprement sa succession. Dommage car son bilan est plus que bon !

2 thoughts on “Finalement Bartolone met tout le monde d’accord !

  1. 7 mai 2015 at 2:49

    Une bonne analyse, la partie n’est pas gagnée en effet…..

    1. gilles
      7 mai 2015 at 3:06

      La partie est loin d’être acquise en effet ! Outre le contexte politique national, il faut noter que Pécresse a fait des progrès et qu’elle part dans la bataille en ayant au préalable écarté toute opposition interne !