La sortie complètement ratée de Jean-Paul Huchon

Jean-Paul Huchon, président sortant de la région Ile de France

Jean-Paul Huchon, président sortant de la région Ile de France

Jean-Paul a donc cédé : il soutiendra la candidature de Claude Bartolone qui, sauf énorme (et très improbable) coup de théâtre devrait obtenir l’investiture des socialistes pour conduire son parti en Ile de France lors des régionales de décembre prochain. Dans un communiqué publié hier soir, le président sortant de la région Ile de France appelle au rassemblement derrière le président de l’Assemblée nationale afin de faire gagner la gauche.

C’est donc la fin d’un vaudeville qui durait depuis trop longtemps et qui risquait de mettre à mal la cohésion du Parti socialiste. Elle marque surtout la fin de partie pour Jean-Paul Huchon qui tire sa révérence de manière chaotique.

Car le président du Conseil régional rate complètement sa sortie, lui qui ambitionnait de faire un quatrième mandat à la tête de la Région-Capitale. Un rêve brisé par le contexte politique et la ténacité de ses concurrents, Marie-Pierre de la Gontrie en tête, sans oublier des militants qui ont tout simplement rappelé au camarade Huchon que le non-cumul des mandats dans le temps était présent dans les statuts du Parti socialiste, votés il y a quelque cinq ans.

Jean-Paul Huchon en compagnie de Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, lors des célébrations du 70ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945

Jean-Paul Huchon en compagnie de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, lors des célébrations du 70ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945

Jean-Paul Huchon aurait pu profiter de ce temps pour penser et organiser sa succession en désignant un jeune élu et le PS n’en manque pas dans ses rangs. Une telle stratégie lui aurait surtout permis de quitter la scène politique francilienne plus proprement et plus dignement, laissant l’image d’un homme qui a complètement et profondément relancé et modelé l’Ile de France, une région moteur et pour laquelle il a fait énormément.

Au lieu de cela, le président sortant a manqué de clairvoyance et fait preuve d’un certain mépris auprès notamment des militants socialistes en s’asseyant sur les statuts de son propre mouvement mais également en multipliant les déclarations et petites phrases désobligeantes. Dernière en date ? Ce lundi, lorsque rappelant que Claude Bartolone est élu de Seine-Saint-Denis, il déclare que ce département ne fait pas rêver ! Une stigmatisation supplémentaire et insupportable du 9-3 et de ses habitants, stigmatisation d’autant plus insupportable qu’elle vient de la part d’un élu socialiste !

4629797_6_3df9_jean-paul-huchon-a-paris-le-8-avril-2015_605bcd22928d5edf939cb7d83164558cD’autant que la Région s’est beaucoup investie en Seine-Saint-Denis et que les Séquano-Dionysiens le lui rendent bien d’élections en élections. Si on peut comprendre son émotion et sa colère de devoir quitter la scène politique francilienne de cette façon, il n’en demeure pas moins que sa petite phrase ne manquera d’être perçue très négativement auprès de sympathisants et militants socialistes du département qui ne pourront qu’avoir un autre regard sur Huchon.

Cela est d’autant plus dommage que, comme je l’ai précédemment dit, Jean-Paul Huchon a fait un excellent travail au sein de la région, renforçant le poids prépondérant de l’Ile de France dans l’Hexagone et en Europe. Un élément d’ailleurs que Claude Bartolone, le désormais candidat socialiste devra prendre en compte et assumer face à Valérie Pécresse, la candidate UMP. De son côté, Jean-Paul Huchon doit mettre les quelques mois qui lui restent à la présidence pour mettre à profit sa politique et redorer son blason et laisser une trace autre que l’image qu’il a donné ces dernières semaines.