Mamère, Filoche et les propos imbéciles d’une certaine gauche

Noël Mamère, député maire écologiste de Bègles (Gironde)

Noël Mamère, député maire écologiste de Bègles (Gironde)

Noël Mamère n’y est pas allé de main morte. Interrogé par RTL, il fut invité à s’exprimer sur le terrible drame de Puisseguin en Gironde où quarante-trois personnes ont perdu la vie suite à la collision et l’incendie d’un car et un camion.

Pour le député écologiste et maire de Bègles, cette horrible n’est que la conséquence directe de… la loi Macron qui a libéralisé le transport en autocar, prophétisant que cette loi provoquera d’autres accidents. Même son de cloche du côté de Gérard Filoche, secrétaire national du PS, figure de l’aile gauche et surtout pourfendeur de la loi Macron. L’Humanité en a rajouté une couche, n’hésitant pas à accuser le président de la République et le Premier ministre d’opportunisme, surfant sur l’émotion provoquée par ce drame à quelques semaines d’élections régionales périlleuses pour l’exécutif.

Un tel drame pousse à nous interroger et le temps des questions viendra assurément. Mais en attendant, le temps de recueillement et du respect envers les victimes et leurs proches s’impose, ce qui implique d’éviter toute polémique, surtout si elle n’est aucunement pertinente.

Or, en mettant en accusation la loi Macron, Mamère, Filoche et L’Humanité ne respecte en aucun cas ce temps nécessaire. Pire, ils font de la politique crasse et politicienne pour mieux exister et mettre en accusation un ministre qui n’y est pour rien (et qui au passage, a bien fait de ne pas réagir, la presse et d’autres responsables s’étant chargés à sa place pour condamner la sortie bien peu respectueuse de ces responsables politiques)

Gérard Filoche, membre du PS

Gérard Filoche, membre du PS

Un responsable politique, quelque soit sa tendance, doit faire de retenue et surtout de compassion surtout en ce temps difficile pour des familles qui ont perdu un proche. L’heure n’est donc pas à la polémique surtout si elle est dénuée d’arguments valables et pertinents. Car en accusant la loi Macron, Mamère, Filoche et consorts sous-entendent que le jeune ministre de l’Economie est responsable de l’état des routes françaises mais également de l’accident de Puisseguin. Terrible raisonnement qui en dit long sur une certaine gauche française revancharde et surtout trop idéologique, incapable de faire la part des choses et surtout à faire preuve de retenue dans sa façon de penser.

Cette gauche de la gauche qui n’a pas compris que la polémique n’a pas sa place dans ce genre de débats surtout lorsqu’elle est teintée d’(im)posture idéologique n’ayant pour but que de tacler Emmanuel Macron et sa loi. D’autant plus que, jusqu’à preuve du contraire, les compagnies de transports en car concernées (Ouibus, Isilines, Flixbus, Mégabus…) n’y sont pour rien dans la mesure où ce n’était pas une ligne régulière.

En agissant de la sorte, cette gauche incarnée par Mamère, Filoche et consorts montre toute son irrespect mais également une imbécillité crasse, leur faisant perdre toute crédibilité. Elle qui accuse volontiers le président de la République et le Premier ministre de surfer sur l’émotion en évoquant l’accident (alors qu’ils ne sont que dans leurs rôles, ce qui est tout à fait logique et normal), ne fait qu’en réalité la même chose, en bien pire et en bien ridicule.

Pas étonnant que cette gauche radicale ne soit plus prise au sérieux auprès de nos concitoyens par la suite !

7 thoughts on “Mamère, Filoche et les propos imbéciles d’une certaine gauche

  1. 24 octobre 2015 at 11:52

    En gros : des cons.

    1. gilles
      24 octobre 2015 at 9:09

      De l’art de très bien résumer Jegoun ! 😉

  2. 24 octobre 2015 at 9:01

    J’ai d’abord lu les réactions aux propos de Filoche et me suis dit qu’il avait disjoncté. J’ai ensuite lu son billet http://www.filoche.net/2015/10/24/le-danger-des-autocars-macron/ et ne puis que l’approuver tant je n’y lis que des propos mesurés et censés.

    J’ai eu mon premier salaire à 17 ans dans la chaudronnerie industrielle. Des accidents, j’étais épaté de ne pas en voir plus, tant les conditions de sécurité étaient fantaisistes. Et Filoche écrit le schéma que j’ai vu : pleurer à gros bouillons pour ne surtout rien changer quand un gars est tombé de 20 mètres de hauteur.

    1. gilles
      24 octobre 2015 at 9:09

      Certes mais l’analyse de Filoche ne tient pas dans la mesure où le car en question n’était pas issu des compagnies que j’ai cité dans l’article. Qui plus est, ce n’était pas une ligne régulière, c’était des gens qui faisaient une excursion pour la journée. Si un car municipal avait connu la même tragédie, on aurait dit que c’est la faute à la loi Macron ?

      1. 25 octobre 2015 at 8:26

        « Bien sur que ces morts-là n’ont pas été causés par la loi Macron du 8 août 2015 mais ils alertent forcément car depuis 6 semaines, 250 000 passagers ont été transportés, à cause d’elle, en autocar contre 110 000 pour toute l’année 2014. » (Extrait du billet de Filoche mis en lien.)

        Je ne sais pas ce qu’il faut écrire de plus pour être clair…

        Et le véritable respect dû aux morts, c’est de vite tirer les leçons pour éviter de nouveaux morts. C’est ce qui disent toujours les familles de victimes.

        1. gilles
          25 octobre 2015 at 8:42

          Encore une fois, je ne vois pas ce que vient faire la loi Macron dans cette affaire, le car ne couvrait pas une ligne régulière mais une excursion. Qui plus est, les chiffres que mentionne Filoche ne sont pas surprenants, cela montre qu’il y a une demande et un attrait, il faut en tenir en compte. Si leçon il y a, c’est de pousser les compagnies de ligne régulière à faire preuve de prudence justement

          Maintenant, je n’accorde plus de crédit à un homme qui bloque tous ceux et celles qui osent le critiquer sur Twitter !

          1. 25 octobre 2015 at 12:53

            Notre discussion montre une impasse comme toutes celles que l’on constate un peu sur tous les sujets dans la gauche. ;o) Mais, contrairement à ce que pense un Filoche, je crains fort que la gauche n’en crève, l’électeur préférant rester à la maison les jours d’élection. Quand toutefois il est inscrit.

            La loi Macron met des flottes de cars sur les routes. Plus de cars sur les routes, cela occasionnera bien sûr plus d’accidents. Le plus clair des routes de Gironde, comme celles d’Auvergne, du Limousin, des Alpes et de bien d’autres campagnes ou montagnes, sont globalement inadaptées à la circulation de cars ou de poids lourds.

            Bien sûr qu’il y a une demande de transports. On ferme des lignes de train à tout va ! Les trains circulant encore, on les rend inaccessibles avec un système de réservation ubuesque ! Et, en raison de son prix, le train est maintenant réservé à une clientèle aisée ou professionnelle.

            Mon boulot ne me permet jamais de déterminer à l’avance quand j’aurai terminé et pourrai partir. Avant les réservations, j’attrapais le premier train. Maintenant je prends la voiture. Et ce n’est certes pas par plaisir ! Je ne prends le train que pour les vacances car, là, je sais à l’avance quand je pars et reviens. Mais il faut réserver trois mois à l’avance pour être sûr d’avoir un billet. Ça limite quand même beaucoup…