Fin de partie pour Rama Yade ?

Rama Yade, ancienne ministre, conseillère régionale sortante (UDI) d'Ile de France

Rama Yade, ancienne ministre, conseillère régionale sortante (UDI) d’Ile de France

Ce matin, un de mes contacts Facebook a posté cet article du Figaro sur son mur et une info qui pourrait faire sensation dans le landerneau politique. Rama Yade, conseillère régionale (UDI) sortante en Ile de France serait en passe de ne pas être reconduite sur les listes LR – UDI – Modem à l’occasion des élections régionales de décembre prochain.

L’ancienne secrétaire d’Etat aux Droits de l’Homme et ministre des Sports paie sans doute sa mauvaise entente avec Valérie Pécresse, tête de liste LR et candidate à la présidence de la région. Une mauvaise entente qui est de notoriété publique Rama Yade l’ayant même relaté dans son bouquin « Carnets du pouvoir » paru 2013 et qui revient sur son engagement auprès de Nicolas Sarkozy ainsi que son parcours au gouvernement.

J’ai beaucoup critiqué Rama Yade dans le passé, me montrant assez acerbe sur mon blog politique. En effet, je m’étais souvent demandé ce qu’elle pouvait bien faire aux côtés de Nicolas Sarkozy, notamment lorsqu’on se rappelle la crise des banlieues de 2005 et les propos blessants et stigmatisants qu’il avait osé prononcer. Puis, un jour, bien des années plus tard, j’ai acheté ses « Carnets du pouvoir », bouquin que j’ai littéralement dévoré durant mes vacances suédoises aussi bien en bivouac qu’en prenant mon chocolat dans un café stockholmois.

Rama Yade en compagnie de Valérie Pécresse, ancienne ministre, tête de liste UMP-UDI- Modem à la région Ile de France

Rama Yade en compagnie de Valérie Pécresse, ancienne ministre, tête de liste UMP-UDI- Modem à la région Ile de France

Rama Yade dans ce bouquin retranscrit des notes personnelles faisant état de son passage au gouvernement, entre moments fastes mais également difficiles. Des notes où elle n’épargne personne (avec différents degrés cependant) et notamment Valérie Pécresse. Déjà en 2010, et selon l’ancienne ministre des Sports, sa collègue du Budget et déjà candidate à la présidence de la région Ile de France face à Jean-Paul Huchon, lui avait suggéré de se présenter dans le Val de Marne estimant qu’il avait beaucoup d’Africains qui avaient zéro degré de la politique et qu’elle saurait leur parler. Rama Yade avait refusé tout net pour finalement se maintenir dans les Hauts-de-Seine, conformément à ses souhaits.

C’est cette volonté d’indépendance, de ne pas jouer la carte du communautarisme et une certaine liberté de ton que Rama Yade semble payer cash aujourd’hui en n’étant pas probablement reconduite sur la liste de Valérie Pécresse. Il faut dire que la politique reste un milieu particulier où tout affront, toute erreur d’appréciation se paie comptant tôt ou tard, sauf à établir un rapport de force qui vous protège. A propos d’erreur d’appréciation, l’ancienne ministre les a multiplié ces dernières années notamment au sein du Parti radical (une des composantes de l’UDI) en souhaitant briguer la présidence du mouvement puis au sein de l’UDI en apportant son soutien à Hervé Morin contre Jean-Christophe Lagarde pour la présidence du parti, après la démission de Jean-Louis Borloo et son départ de la vie politique. Des erreurs d’appréciation qu’elle paie très cher dans la mesure où elle semble devenue une pestiférée au sein de son propre mouvement sans compter qu’elle pourrait même y perdre sa place. Sans compter ses rapports avec Valérie Pécresse qui n’a probablement pas pardonné les passages qui lui étaient consacrés dans le bouquin de l’ancienne ministre.

Rama-Yade-porte-parole-de-Valerie-PecresseL’ancienne responsable politique préférée des Français est donc sur le point d’être persona non grata au sein de la droitosphère, si sa non-reconduction se confirme. Elle paie surtout un manque de stratégie et l’existence de troupes. La vie politique (surtout en France) fonctionne ainsi et une étoile montante ne peut qu’exister que si elle a un parrain (ou une marraine) ou bien des troupes, un réseau sur lesquels elle peut s’appuyer le moment venu, notamment pour établir un rapport de force. En négligeant ce b.a.ba de la politique, Rama Yade sort probablement par la petite histoire et quitte ainsi la vie politique sans gloire, elle qui était pourtant présentée comme un jeune espoir de la droite et du centre-droit français.