Le « soutif-gate » ou les dessous (sexistes) de la politique

10197979-najat-vallaud-belkacem-et-son-soutien-gorge-la-chronique-du-point-fait-reagirIl aura suffi d’un bout de dentelle pour que la blogosphère s’enflamme et surtout s’indigne (à juste titre d’ailleurs).

Jeudi dernier, Jean-Paul Brighelli publiait dans Le Point une tribune dans lequel il faisait référence au soutien-gorge de Najat Vallaud-Belkacem comme arme politique, un bout de tissu (coquin) qui avait dépassé de son tailleur alors qu’elle était interrogée par un député LR lors de la traditionnelle séance de questions au gouvernement.

La blogosphère notamment féministe n’a pas tardé à réagir. Je pense notamment à ma collègue Elodie qui est vent debout contre les propos de ce proche de Nicolas Dupont-Aignan, député-maire DLF de Yerres et candidat à la présidence de la région Ile de France. Il faut dire que Jean-Paul Brighelli n’y trouve rien à redire, n’y voyant dans son papier aucune trace de sexisme, bien au contraire. Même son de cloche du coté de Nicolas Dupont-Aignan qui ne voit dans cette tribune qu’une moquerie faite à l’encontre de la ministre, avant finalement de nuancer (partiellement) ses propos. Ce fut en tout cas, suffisant pour que ma camarade Elodie sorte l’arme lourde et n’hésite pas à dézinguer.

10197990-najat-vallaud-belkacem-et-son-soutien-gorge-la-chronique-acide-du-point-ne-passe-pasPour ma part, je suis bien étonné qu’on en arrive à parler dessous pour s’attaquer à la politique d’une ministre qui se démène pour rénover notre système éducatif, ce vieux mammouth comme l’avait très maladroitement qualifié un de ses prédécesseurs, au destin (politique) connu de tous. Effectivement, je ne suis pas sur que l’attaque aurait eu la même portée si le titulaire du poste était tout simplement un homme, personne n’ayant l’idée saugrenue d’évoquer le boxer ou le slip de Benoit Hamon ou de Vincent Peillon pour mieux l’attaquer sur sa réforme. Dans sa tribune, Jean-Paul Brighelli dresse au bout du compte un portrait peu flatteur au bout du compte de Najat Vallaud-Belkacem. Les femmes sont bien connues, ce sont des séductrices, usant à souhait de leurs charmes pour mieux vous embobiner et voire, vous mépriser. Donc si un bout de soutif, voire un décolleté plongeant peuvent faire l’affaire, surtout si vous n’avez pas d’arguments (comprenez, de cerveau) pour défendre votre réforme face à la représentation nationale, merci bien !

Une telle tribune est quelque peu symptomatique du niveau dans lequel se situe la politique française depuis un moment. Plutôt que d’attaquer la ministre sur le fond, on préfère évoquer son soutif noir et dépeindre en elle, une stratège redoutable usant de ses charmes pour faire passer sa réforme comme une lettre à la poste. Il est vrai que si Najat Vallaud-Belkacem venait devant la représentation nationale telle une pouilleuse, cela passerait encore mieux, surtout auprès de la gente masculine qui se croit drôle avec tant de calembours de la sorte.

French Education minister Najat Vallaud-Belkacem speaks during a session of questions to the government on November 3, 2015 at the National Assembly in Paris. AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Ce qui montre qu’en dépit de la parité et autres mesures visant à rappeler que la femme est une personne comme une autre, il reste encore beaucoup à faire. Ok, je dis des généralités mais à lire ce genre de tribune et les réactions qui en découlent, c’est toujours utile de rappeler cette évidence. Surtout dans un contexte où les Français attendent de nos responsables politiques de la retenue et surtout du débat.

C’est toujours utile de le rappeler, effectivement !