La boîte de Pandore ?

Francois-Hollande-renonce-a-la-decheance-de-nationaliteC’est un coup de théâtre savamment préparé par François Hollande comme il est coutumier du fait. Hier, le président de la République, via son Premier ministre Manuel Valls, a confirmé la déchéance de la nationalité française pour toute personne binationale condamnée pour terrorisme, même née en France dans le cadre de la révision constitutionnelle visant à inscrire l’Etat d’urgence dans la Loi fondamentale, contredisant dans le même temps Christiane Taubira, la Garde des Sceaux.

Si certains comme au Front national et aux Républicains se sont félicités du maintien de cette disposition, d’autres essentiellement s’en inquiètent franchement à gauche et même au sein du Parti socialiste, à l’instar du député européen Guillaume Balas ou bien encre du député des Français de l’étranger, Pierre-Yves Le Borgn’ qui redoutent l’effet stigmatisant envers nos compatriotes binationaux sans compter son caractère contre-productif. Le tout devra être débattu en février prochain à l’Assemblée nationale et au Sénat avant le vote au Congrès.

decheance-nationalite-francaise-620x413

En 2010, au lendemain du tristement célèbre discours de Grenoble, le PS et ses principaux cadres, François Hollande et Manuel Valls en tête, étaient vent debout contre la proposition de Nicolas Sarkozy d’instaurer une déchéance de nationalité pour tout binational ayant été coupable d’un crime. Une mesure tout aussi stigmatisant et affamant sans compter contre-productive. Cinq ans après, la gauche est au pouvoir mais la logique reste la même, une logique contre-productive qui potentiellement risque d’ouvrir la boite de Pandore.

Bien évidemment, le contexte de 2010 n’a plus rien à voir avec celui que nous connaissons actuellement depuis les horribles attentats de janvier et de novembre derniers. Au lendemain de la tuerie du 13 novembre, dont les douleurs restent encore vives, le président de la République était attendu au tournant et savait qu’il devait apporter des réponses fortes suite au drame effroyable que nous avons connu.

1412744_974499062621700_3986480160253330736_o

Le président de la République a été au rendez-vous et on ne peut que le féliciter. Cependant, en maintenant dans le dispositif actuel, la déchéance de la nationalité française, François Hollande ne tort pas uniquement les valeurs de la gauche et ne se comporte pas comme un candidat en campagne pour sa réélection – il piège habilement la droite qui n’a pas d’autres solutions que de soutenir la réforme au risque d’être une fois de plus inaudible – il joue d’une certaine manière l’opinion qui reste marquée et qui exige des résultats contre une gauche fidèle à des principes intangibles au risque de voire la situation déraper.

En conservant la déchéance de nationalité, le président de la République et le Premier ministre veut symboliquement marquer le coup. Certes, l’intention est louable mais on peut sérieusement et objectivement douter d’une disposition qui fera reculer celles et ceux qui sont candidats au Djihad ou à toute autre action terroriste qui de toute façon resteront déterminés et qui ne reculeront devant rien. Sans compter les difficultés d’ordre judiciaire et diplomatique qui pourraient suivre si on retient l’hypothèse que les autorités de l’autre pays concerné refusent tout bonnement de recevoir celui ou celle qui aura été déchu de la nationalité française.

108178653Autant de soucis potentiels à venir, sans compter que l’inscription de cette mesure dans la Constitution pourrait donner des idées à un futur gouvernement bien moins progressiste (sans être nécessairement d’extrême droite) et qui pourrait s’appuyer sur ces dispositions en étendant la déchéance dans d’autres cas ? Rien n’est impossible et nier le contraire, c’’est faire preuve d’une naïveté affligeante.

D’où l’inquiétude légitime et logique de certains parlementaires socialistes et de l’ensemble de la gauche qui s’interrogent sur le bien-fondé de cette mesure quelque peu incompréhensible. La République si elle veut être respectée et se faire respecter, doit réaffirmer ses valeurs et « fabriquer » des citoyens et non les distinguer. Les attentats du 13 novembre aussi horribles qu’ils soient ne doivent pas servir de prétexte pour s’aventurer dans des chemins boueux et dangereux. Après tout, inspirons-nous de la sagesse de nos voisins espagnols et britanniques qui, en dépit des attaques qu’ils ont subi en 2004 et 2005 n’ont jamais songé à instaurer la déchéance de nationalité à leur binationaux nés sur leur sol !

2 thoughts on “La boîte de Pandore ?

  1. 24 décembre 2015 at 1:15

    Floute vite le n° de la CNI ,bordel… 😉

    (et efface ce message)

    1. gilles
      24 décembre 2015 at 5:57

      La photo étant sur Google depuis un bail c’est un peu peine perdue non ?